Plan chemins de randonnée

Vous pouvez télécharger les plans de randonnée Un nouveau circuit s’ajoute aux 20 kms de chemins de randonnée existants (Cambourg, la cache de Boishardy, le chemin du Botrai), ce nouveau circuit (entièrement balisé) se nomme « la Planchette». N'hésitez pas à venir le découvrir!

Circuit de randonnée Sous le sceau de Boishardy

Ce circuit est incontestablement placé sous le sceau du Général Boishardy, chef des Chouans du Penthièvre au Mené. Vous pourrez observer son manoir et sa prétendue cachette ou tout simplement marcher sur les pas de celui qui restera l'un des personnages phares de l'histoire locale. Demeures remarquables, héritages de la puissante noblesse bréhandaise, vieux moulins témoins d'un temps révolu ou espaces naturels, partez à la découverte du riche patrimoine de Bréhand, au travers des chemins et sentiers créés pour vous…

Les circuits de randonnée de Lamballe Communauté

Les circuits de randonnée de Lamballe Communauté

Lamballe Communauté, en collaboration avec le conseil Général et les mairies a souhaité promouvoir des circuits de randonnées en les balisant et en proposant un topo-guide présentant 17 boucles. Voici ci-dessous celui de Bréhand.

  • Départ/Arrivée : Place de la Mairie
  • 2 boucles possibles : 15 km (3h45) ou 11 km (2h45)
  • Difficultés particulières : quelques passages pentus dans les vallées

1- Départ de la maison du randonneur

1- Départ de la maison du randonneur

Derrière l'église Notre-Dame qui est dédiée à la Vierge, vous repérez facilement, la maison du randonneur, ancien auditoire de la commune, datant du 18ème siècle (voir photo). L'auditoire était le lieu où le seigneur de Launay rendait la justice sous l'Ancien Régime, pour l'ensemble de la paroisse. L'inscription latine figurant sur le linteau placé au-dessus de la porte nous le rappelle fort justement : "Joannis Franscisci - Justicia Monumentum". En face, sur la place actuelle, se trouvait le pilori, poteau auquel étaient attachés les condamnés.

2- Le manoir de la Ville-Louët

A quelques centaines de mètres du bourg, se trouve le manoir de la Ville-Louët, première des demeures remarquables qui vont jalonner votre périple bréhandais. Construite vers 1500, cette bâtisse reste célèbre dans l’histoire communale pour avoir abrité et protégé Boishardy, qui échappa de justesse aux Républicains lorsqu’ils encerclèrent le manoir à deux reprises, les 3 et 12 juin 1795. Résidence de Joséphine de Kercadio, « fiancée » de Boishardy, le manoir servit naturellement de quartier général au chef chouan. Ce soutien inconditionnel et les nombreux faux assignats retrouvés dans le manoir lui attirèrent quelques ennuis…

3 - En surplombant la truite

Alors que vous surplombez la Truite, peut-être votre curiosité est-elle mise en éveil par les zones humides bordant le cours d'eau, facilement reconnaissables grâce à leur végétation typique. Ces espaces de transition entre les milieux terrestres et aquatiques doivent être préservés car leur rôle est essentiel : ils retiennent l'eau l'hiver et la restitue l'été. Cette particularité leur permet de réguler le débit des rivières et d'absorber les pollutions. Les zones humides jouent aussi un rôle important dans la préservation de la biodiversité. On y recense 30% des espèces végétales menacées en France et elles sont lieux de vie et de reproduction pour une partie de la faune aujourd'hui en danger. Les batraciens et les oiseaux migrateurs sont les résidents privilégiés de ces petites réserves naturelles.

4 - Le Pont Mérovingien

Toujours sur la rive droite de la Truite, de grosses pierres plates, dont on ne peut pas garantir l'authenticité de l'époque, tracent votre chemin. Vous circulez sur ce que les Bréhandais appellent pourtant le Pont Mérovingien. On sait en revanche qu'il permettait aux paysans de passer à "pieds secs" tandis que le bétail et les charrettes empruntaient le lit actuel du cours d'eau pour atteindre le chemin de l'Enfer, dont la brèche est aujourd'hui obstruée par un gros rocher. Malheureusement, la petite histoire ne nous détaille pas les événements qui lui valurent son nom…

5- Terre de carrières

Terre de carrières, Bréhand est logiquement une commune où l'on sait travailler la pierre. En dévalant le bois vous ramenant vers la rivière, vous remarquerez deux morceaux d'une même pierre creusés au burin. Cette "sculpture" n'est pas une œuvre d'art, mais tout simplement le vestige d'une auge qu'un paysan du coin avait commencé à tailler pour ses porcs. La pierre, ayant cédé sous les coups forcenés de l'outil, devint inutile et fut probablement abandonnée ici.

6- Le moulin de Combourg

Maintenant en fond de vallée, vous rejoignez les ruines du moulin de Combourg, dont l'ancienne digue, située plus en amont, ne vous aura pas échappé, tant l'agitation de la chute d'eau contraste avec la quiétude du sous-bois. Longtemps propriété de la seigneurie du Plessis au Noir, ce moulin à céréales fut abandonné par ses derniers exploitants en 1919. Ses vestiges, peu connus du grand public, donnent aujourd'hui une note pittoresque à votre parcours.

7 - Les fondations du manoir de Beauvais

7 - Les fondations du manoir de Beauvais

Les fondations d'un immense édifice qui ont été retrouvées en creusant la terre, nous apprennent que le manoir de Beauvais était autrefois un remarquable château qui resta vraisemblablement en place jusqu'au début du 18ème siècle. Appartenant plus tard à la famille de Foucaud, le manoir fut en partie détruit par ses illustres propriétaires pour restaurer le château de Launay. La voûte de son ancienne chapelle, toujours visible à l'intérieur de la grange, témoigne de sa prestance passée. Son pigeonnier, qui a perdu son toit, est mieux conservé. La famille de Foucaud, qui possédait beaucoup de terres à Bréhand, avait droit à 1 000 boulins, terme désignant les cavités volontairement disposées sur les murs intérieurs de l'édifice pour accueillir les nids de pigeons.